Volaille

Systèmes d’élevage en liberté : que devez-vous prendre en compte en tant qu’éleveur de volailles ?

3 min de lecture publié sur 28 décembre 2020
Gust Fleerakkers

« La plupart des poules en liberté ne sortent même pas, tout ce dont elles ont besoin se trouve dans le système : à boire, à manger et un endroit où dormir et pondre. Les poules pondeuses sont toutefois très curieuses de nature, et une fois qu’elles se sont promené dehors, elles apprécient de pouvoir faire une petite escapade tous les jours ».

Gust Fleerakkers est spécialiste avicole chez Vencomatic Group, il reçoit régulièrement les questions des éleveurs sur l’élevage des volailles en liberté. Notamment sur les avantages et les inconvénients : « Les éleveurs aiment avoir un peu d’animation autour de leur poulailler, afin d’observer comment se portent leurs poulets. C’est pourquoi ils jettent souvent un peu de céréales en plus à l’extérieur du système ou du poulailler, pour inciter les poules à ne pas trop rester immobiles. N’est-ce pas pour cette raison que vous avez choisi l’élevage en liberté en tant qu’agriculteur ? » 

Quels sont les avantages de l’élevage en liberté? 

« Il n’y a qu’une seule raison de passer à l’élevage en liberté en tant qu’éleveur de volailles, et c’est de donner plus d’espace aux poules. Les œufs n’ont pas vraiment meilleur goût, comme certains le pensent. Tout aviculteur est content de voir ses poules heureuses, c’est encore plus agréable quand elles se promènent librement dehors et ont un comportement sain et naturel. Croyez-moi, c’est vraiment satisfaisant pour un éleveur de volailles ». 

« Il faut avoir suffisamment de terrain disponible, car l’élevage en liberté implique forcément plus de surface par poulet. Les éleveurs qui passent à l’élevage en liberté doivent être prêts à investir, il doit aussi y avoir un modèle de rémunération. Cela explique en partie le prix plus élevé ; pour un œuf de poules élevées en plein air, un aviculteur reçoit deux à trois centimes de plus. C’est comme ça qu’ils couvrent les coûts plus élevés ». 

Et quels sont les inconvénients? 

« Outre le coût plus élevé des terres, il y a également de la perte parmi les poules élevées en plein air, au profit des renards et des oiseaux de proie. Le grattage à l’extérieur augmente également le risque d’infection par des maladies telles que la grippe aviaire, car il est obligatoire de garder les poulets à l’intérieur. Vous devez également investir dans la zone située à l’extérieur du poulailler ; selon les directives, on doit y trouver des abris et des points d’eau ». 

« Beaucoup d’éleveurs de volailles en liberté investissent également dans un chemin de gravier juste à côté du poulailler. La plupart des poulets qui vont dehors ne s’éloignent pas trop du poulailler, par crainte. Par exemple, ils ont tendance à s’enfuir à l’intérieur si un avion passe au-dessus d’eux. Par conséquent, la zone autour du poulailler est souvent une plaine sablonneuse ; en cas de pluie, elle devient particulièrement boueuse. Un chemin de gravier évite que les volailles ramènent de la saleté à l’intérieur ». 

« La liberté impose également des exigences en matière de ventilation, de nombreux systèmes de ventilation n’étant pas capables de bien gérer l’ouverture et la fermeture des trappes. Cela a conduit au développement de nouveaux systèmes de climatisation, comme la ventilation à pression égale, dont le système de ventilation ECO Zero de Vencomatic Group en est un excellent exemple ». 

À quoi devez-vous faire attention si vous voulez passer à   l’élevage de volailles en liberté ? 

« Vous devez d’abord répondre à un certain nombre de questions : Votre système actuel est-il adéquat ? Quel système correspond le mieux ? Il faut avant tout examiner les réglementations locales sur le nombre de volailles. Dans les pays où il y a beaucoup d’espace, comme l’Angleterre, les États-Unis ou l’Australie, le passage à l’élevage en liberté est plus facile en raison de la disponibilité des terres. Ce sont vraiment des « pays de liberté ». 

« Si les éleveurs de volailles veulent passer à l’élevage en liberté, ils le font généralement dans le poulailler existant. Ils nous contactent pour savoir ce qu’ils veulent faire et ce qu’il est possible de faire. Pour Vencomatic Group, quel que soit le système qu’ils choisissent, nous leur donnons les meilleurs conseils possibles. Ensuite, ils peuvent donner aux poulets tout l’espace dont ils ont besoin ». 

Contactez-moi

Picture of Edwin Vlems

Publié par

Edwin Vlems
Edwin Vlems est responsable marketing chez Vencomatic Group

Développez votre activité avec
le plus faible impact environnemental.

Deux choses que tout le monde aime.