Agro Supply

Naviguer dans l’azote

4 min de lecture publié sur 6 novembre 2023

Naviguer dans l’azote : les défis auxquels sont confrontés les éleveurs néerlandais

Dans les paysages idylliques des Pays-Bas, où les champs luxuriants côtoient les villes animées, une préoccupation pressante jette une ombre sur les moyens de subsistance des éleveurs de bétail. Les émissions d’azote, ou plus précisément les dépôts d’azote, résultant des pratiques agricoles et de la combustion de combustibles fossiles, sont devenues un formidable défi. Ces émissions, composées d’éléments tels que l’ammoniac et le protoxyde d’azote, s’étendent au-delà des portes de la ferme, affectant à la fois les écosystèmes locaux et la santé humaine. Alors que les Pays-Bas sont aux prises avec des régions densément peuplées et un secteur agricole florissant, l’équilibre délicat entre l’alimentation de la nation et la préservation de l’environnement est mis à rude épreuve. Des réglementations strictes, conçues pour préserver la qualité de l’air et protéger les habitats sensibles, ont incité les agriculteurs à naviguer dans un paysage réglementaire complexe. L’interaction complexe entre l’importance économique de l’élevage, la qualité de vie dans les zones rurales et l’impact sur l’environnement a conduit à un besoin pressant de solutions durables. Dans ce contexte, les éleveurs néerlandais se trouvent en première ligne d’une bataille aux multiples facettes : maintenir leurs moyens de subsistance tout en s’attaquant au problème urgent des émissions d’azote. Heureusement, un nombre croissant de technologies innovantes, d’idées et de bonnes pratiques sont développées et peuvent être utilisées dans l’élevage moderne de volailles pour réduire les émissions, notamment :

  • Les bio filtres : les systèmes de biofiltration utilisent des micro-organismes pour décomposer et convertir les polluants présents dans l’air, tels que l’ammoniac et les composés organiques volatils (COV), en substances moins nocives. Ces systèmes peuvent contribuer à améliorer la qualité de l’air et à réduire les odeurs autour des installations avicoles
  • Épurateurs : les épurateurs d’air ou systèmes d’épuration de l’air vicié sont conçus pour éliminer les particules et les gaz de l’air vicié des poulaillers. Ils peuvent contribuer à réduire les émissions de poussière, d’ammoniac et d’autres polluants
  • Gestion du fumier : une bonne gestion du fumier de volaille est essentielle pour réduire les émissions
  • Des technologies telles que les digesteurs anaérobies peuvent convertir le fumier en biogaz, qui peut être utilisé comme source d’énergie, réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre
  • Systèmes de ventilation : les systèmes de ventilation modernes des poulaillers sont conçus pour optimiser le renouvellement de l’air, la température et l’humidité. Une bonne ventilation permet non seulement d’améliorer la santé et la productivité des oiseaux, mais aussi de contrôler les émissions
  • Matériaux de litière alternatifs : l’utilisation de matériaux de litière alternatifs, tels que les copeaux de bois ou la paille de riz, peut contribuer à réduire les émissions d’ammoniac par rapport à la litière de paille traditionnelle
  • Gestion de la nutrition : l’adaptation du régime alimentaire des volailles pour réduire l’excès d’azote peut également contribuer à réduire les émissions d’ammoniac provenant du fumier

ECO Air Care (drawing) (2) (1)

L’une des dernières innovations consiste à utiliser des unités de traitement de l’air qui combinent l’échange de chaleur, le refroidissement de l’air entrant et le passage à l’acide de l’air sortant, ce qui permet de réduire les émissions d’azote jusqu’à 90 %.

Comment fonctionne un échangeur de chaleur ? L’air extérieur est canalisé à travers des ailettes en plastique (conduits d’air) de près de 8 mètres de long, tandis que l’air vicié circule à contre-courant autour de ces ailettes. L’air frais extérieur est réchauffé par l’air chaud et vicié du poulailler, ce qui permet un échange de chaleur efficace. L’air préchauffé entrant dans le poulailler permet de maintenir la litière sèche. Le système de climatisation complet permet de chauffer en hiver et de refroidir en été. Pour faciliter le refroidissement, les unités sont équipées d’un réservoir d’eau et de buses de pulvérisation qui distribuent l’eau sur les conduits d’air. Pour boucler la boucle, l’eau est continuellement recyclée à l’aide d’un système de pompe de circulation. En fin de compte, les échangeurs de chaleur jouent un rôle essentiel en améliorant considérablement le climat intérieur du poulailler, en favorisant le bien-être des oiseaux et en augmentant la rentabilité globale de l’exploitation. Le gaz est une source de chaleur essentielle pour maintenir des conditions optimales pour les poulettes. Avec une ECO Unit apportant de l’air préchauffé, il est possible de réaliser jusqu’à 75 % d’économies de gaz par an. La plupart des producteurs d’oeufs ne disposent que de systèmes de ventilation et n’ont pas d’installations de chauffage. Par conséquent, pendant les périodes froides, les poules pondeuses doivent maintenir leur propre température corporelle en augmentant leur consommation d’aliments. Les poules peuvent utiliser l’énergie des aliments pour produire des oeufs plutôt que pour maintenir leur température corporelle. Bien sûr, un échangeur de chaleur consomme de l’électricité, mais les économies globales sont importantes.

La solution ECO Air Care ne s’arrête pas là ; elle a été développée et élimine activement l’azote de l’air vicié. Les unités ECO Air Care nettoient l’air sortant en le rinçant avec de l’eau de traitement contenant de l’acide sulfurique. L’eau de traitement capture les émissions d’ammoniac, les particules et les odeurs. Cette eau de rinçage est recueillie dans un silo et peut être utilisée sur les terres agricoles comme substitut d’engrais, contribuant ainsi à l’agriculture circulaire. Les éleveurs de volailles sont satisfaits non seulement de l’amélioration manifeste des résultats de leurs troupeaux grâce à une meilleure qualité de l’air, mais aussi du fait qu’il a été prouvé que 90 % de l’azote est éliminé de l’air sortant.

Les niveaux d’ammoniac (composé à plus de 80 % d’azote) sont éliminés de l’air et mesurés en continu à l’aide de capteurs d’ammoniac. Cela signifie que des milliers de kilogrammes d’azote peuvent être capturés par bâtiment d’élevage et par an. Nous en avons eu la preuve lors de la première installation du système ECO Air Care dans un bâtiment d’élevage aux Pays-Bas : 7 000 kg d’azote ont été capturés chaque année, ce qui est suffisant pour compenser la construction d’un millier de nouvelles maisons !

Les réductions d’azote continuent de poser des problèmes aux agriculteurs, à l’industrie et à l’environnement politique néerlandais. Il est à espérer que des innovations comme celles-ci contribueront à l’avènement d’un avenir durable. En savoir plus sur le ECO Air Care.

Article de Hendrix Genetics, rédigé par Teun van de Braak.

 

Publié par

Vencomatic Group

Grow your business with
the lowest environmental impact

Two things everyone loves.