Volaille

RED-L en pratique : Un nouveau poulailler pour l’éleveur de poules pondeuses Eric Hubers

4 min de lecture publié sur 17 juillet 2021
RED-L en pratique

Eric Hubers (53 ans) est président du département d’aviculture de LTO/NOP depuis sept ans maintenant. Selon lui, il est essentiel que les intérêts du secteur soient représentés par quelqu’un qui sait vraiment de quoi il parle, car les sujets abordés sont souvent complexes. Eric : « Ma devise est "par et pour les éleveurs". Après tout, vous ne pouvez représenter efficacement les intérêts des éleveurs de volailles qu’en étant vous-même éleveur de volailles ».

Éminemment passionnant

Être président du département demande à Eric beaucoup de temps et d’énergie, mais il trouve aussi cette fonction tout à fait passionnante. « Vous parlez aux gouvernements, aux ONG, aux organisations de défense des droits des animaux, etc. Vous allez dans des endroits magnifiques et dans des circonstances particulières. Comme lors de la dernière épidémie de H5N8, je me suis soudainement retrouvé assis à la table du roi. Willem-Alexander voulait savoir exactement quelle était la situation actuelle vis-à-vis de la grippe aviaire. C’est donc une belle mission, difficile aussi, en raison de l’immense responsabilité qu’elle implique. Lorsque Eric s’entretient avec le ministre, il ressent une forte pression. « Vous voulez bien faire les choses, car les enjeux sont considérables. Vous êtes tiraillé dans tous les sens, réclamé pour tout et par tous. C’est particulièrement intense lors d’une crise comme celle de la grippe aviaire ou du fipronil ».

La part du lion

Grâce à son épouse Marga (55 ans), Eric parvient à cumuler deux rôles : président départemental, mais aussi éleveur de poules pondeuses. « À cause de la présidence, je me suis souvent absenté ces sept dernières années. Marga fait le gros du travail d’élevage. Nous avons créé cet élevage de volailles ensemble, mais Marga est la directrice de notre entreprise ». Le fait que nos trois enfants sont désormais un peu plus âgés nous facilite également un peu les choses. Le plus jeune a 21 ans et étudie les sciences animales à Wageningen ; peut-être un futur successeur, mais pour l’instant, Marga et Eric poursuivent leur activité.

Une affaire bien réfléchie

Jusqu’en avril 2019, la famille Hubers possédait cinq granges pour un total de 125 000 poules pondeuses. Ayant obtenu un permis d’élargissement en 2018, ils peuvent désormais monter jusqu’à 135 000 poules. Dans cette optique, deux poulaillers ont été démolis et remplacés par un grand poulailler. Cela crée de l’espace pour accueillir 70 000 et 65 000 volailles en liberté. En ce qui concerne les cinq poulaillers plus anciens, dont deux ont été démolis, Eric avait choisi à l’époque le système aviaire RED-L. « Il y a vingt ans, je suis allé voir Lammy et Roelof Pol, les inventeurs du RED-L. Je me suis dit : « Ils y ont beaucoup réfléchi. » Tout cela était très nouveau à l’époque, mais j’ai tout de suite eu confiance et j’ai voulu prendre tous les problèmes de jeunesse pour acquis ».

Comme dans la nature

Ce n’était d’ailleurs pas si mal avec ces problèmes de jeunesse. Il fallait toutefois comprendre exactement comment les poules se comportent dans ce système aviaire. Par exemple, ils ont enfermé les poules dans le système avec des filets et des grillages pour les empêcher de descendre sur le sol une fois perchées, mais ce n’était pas du tout nécessaire. Eric : « Nous avions l’habitude de les enfermer dans des systèmes de cages. On se demandait si les poules feraient ce qu’elles devaient faire si elles étaient par terre. Maintenant, nous les enfermons seulement au début, pour qu’elles ne puissent pas descendre par terre sous le système ».

Ce qui nous a immédiatement interpellés, c’est que les poules peuvent se déplacer facilement et en toute sécurité dans le système. Dans un système à rangées, les volailles se déplacent verticalement de niveau en niveau, mais dans le système RED-L, elles sautent droit devant elles, de couche en couche sans trop d’efforts, comme elles le feraient dans la nature. « On observe un vrai bénéfice à la fin du cycle, chez les poulets en particulier. Récemment, les dernières poules ont quitté le système à l’âge de 97 semaines et, pour ces animaux moins énergiques, c’est agréable de pouvoir sauter facilement de couche en couche ».

Un dégagement au sol élevé

Eric précise également que le RED-L présente l’avantage d’être un système de portail avec peu de poteaux. « Un faible nombre de poteaux signifie une portée importante entre les poteaux, ce qui est seulement possible si vous utilisez un bâti lourd. Cela donne une construction robuste qui dure longtemps. Mais peu de poteaux, c’est surtout un dégagement important par rapport au sol : les poules peuvent marcher assez librement par terre d’un côté à l’autre du poulailler, ce qui facilite le nettoyage ». Eric a facilement accès à tout et il apprécie aussi la vue d’ensemble que lui confère le RED-L : « La structure du système permet de contrôler facilement le troupeau. Je regarde d’abord à l’étage, puis je scrute tout, du sol au plafond ; cela me permet de tout voir clairement ».

Q-Perch

Eric est satisfait du système aviaire RED-L de Vencomatic Group. Toutefois, il n’était pas certain d’utiliser à nouveau le système RED-L dans son grand poulailler tout neuf qui remplace ses deux anciens poulaillers. « Pendant la construction de notre nouveau poulailler, je me suis intéressé aux systèmes aviaires du marché. Il existe d’autres bons systèmes proposés par des fournisseurs néerlandais. Mais finalement, j’ai à nouveau opté pour le RED-L ; les expériences positives que j’ai connu avec ce système dans mes poulaillers ont été un facteur décisif. En outre, la dernière génération du système RED-L peut également être équipée du Q-Perch, le perchoir en forme de champignon avec un fil de fer en bas sur deux côtés qui paralyse les poux suceurs de sang.

Sous gestion propre

La famille Hubers construit la dernière génération de RED-L sous sa propre gestion dans son nouveau poulailler. Eric : « Nous le faisons nous-mêmes, mais nous pouvons compter sur le soutien de Vencomatic Group. Il y a de la coordination, des conseils sur la conception et les réglages possibles ». Eric pense aussi qu’il est logique que la collaboration se passe si bien puisque Vencomatic Group et lui se connaissent depuis une vingtaine d’années. « Je vois souvent des techniciens de la première heure qui travaillent désormais sur le terrain. Ils savent exactement de quoi ils parlent et c’est pourquoi tout se passe très bien avec l’installation du RED-L dans notre nouveau poulailler : en consultation avec Vencomatic Group, à notre manière ».

Contactez-moi Ou trouver un distributeur

Picture of Edwin Vlems

Publié par

Edwin Vlems
Edwin Vlems est responsable marketing chez Vencomatic Group

Développez votre activité avec
le plus faible impact environnemental.

Deux choses que tout le monde aime.